• Dessin et peinture - vidéo 2247 : Comment dessiner un cheval au galop, au fusain ou au crayon graphite ?

     

    Dessin et peinture - vidéo 2247 : Comment dessiner un cheval au galop, au fusain ou au crayon graphite ?

     

                    Lettre C

     

     

    Dans cette leçon, nous allons apprendre à dessiner un cheval en mouvement avec des crayons de graphite. Bien que ce dessin puisse sembler difficile à réaliser pour un débutant, nous allons partager le processus en deux étapes simples.

    La première étape se concentrera sur le dessin de la forme de base du cheval avec des lignes lâches et légères. On se focalisera sur les contours du sujet. Cette première étape est rapide mais essentielle. Nous sommes soucieux de trouver les bonnes proportions.

    La deuxième étape se concentrera sur le développement de la tonalité et les contrastes pour la mise en valeur des volumes, donc des zones lumineuses et sombres du dessin. Cette étape qui prend du temps va donner vie à la forme du cheval et créer l'illusion nécessaire pour que la robe de l'animal soit réalisée avec exactitude.

     

    Matériel pour le dessin

      Le dessin ne nécessite pas un investissement énorme pour le matériel. Un support de qualité (papier en principe) et quelques crayons de dessin sont tout ce qui est nécessaire pour créer un travail réussi. Alors que de nombreux fabricants de crayons vendent des ensembles de crayons avec une variété de dureté graphite, du H dur au B très tendre, en passant par le HB. Nous utiliserons pour ce dessin que du  "HB" et "2B".

     

     

    Esquisse des contours

    Nous esquisserons avec des traits légers les contours ou les lignes de construction du cheval (droites ou courbes), pour éviter de détériorer le grammage du papier.c. Il s'agit d'une esquisse qui pourra être modifiée à tout moment.  

     

    Travail des ombres et de la lumière 

    - Une fois les lignes de contours en place, on va approfondir le ton et la valeur en faisant apparaître le volume de l’animal au moyen de hachures espacées pour les zones lumineuses et plus rapprochées pour les ombres. Nous commencerons par la tête du cheval puis par la partie gauche du corps de l’animal, afin d'éviter le maculage (pour les droitiers), c’est à dire salir le dessin avec la pomme de la main posée sur la feuille. Les traits doivent être légers, car si l'on noircit trop vite le corps de l'animal, il sera difficile, voire impossible, d'effacer les erreurs commises.

     

    -         Nous allons progressivement et patiemment travailler le long du corps du cheval, en prêtant attention aux changements subtils de ton et de valeur, nous pouvons développer l'illusion des muscles du cheval présents sous la peau.

    Dans les parties du corps où les contours croisés sont un peu plus difficiles à dessiner par simple hachures classiques, sans utilisation de l'estompe, nous pouvons appliquer les traits du crayon graphite par des mouvements courbes, en épousant la forme de la zone à dessiner (par exemple le poitrail), pour créer des transitions homogènes de ton et de valeur. La pression sur le crayon doit être constante. C'est le resserrement de l'espace entre les hachures et la superposition des couches qui produit une transition de valeur uniforme.

     

    Le mouvement

    -         De nombreux facteurs jouent un rôle dans la façon dont nous approchons les parties du dessin et dans la manière d’aborder le sujet dans son milieu naturel :

    -         Le cheval est à l'extérieur, les ombres projetées sous la tête, le corps et les parties de la jambe arrière, mais aussi le jeu de l’ombre et la lumière sur la robe de l’animal sont là pour montrer l’influence de la lumière du soleil naturel.

    -         Le cheval court également dans un champ de terre sablonneuse . Ce mouvement est accentué par la présence de la poussière. L'inclinaison du corps du cheval contribue à accentuer  cette illusion.

     
    La mise en relief se poursuit à l'arrière du cheval. Pour chaque partie du corps, nous portons toujours une attention particulière à la forme, car c’est elle qui dicte l’orientation des traits directionnels appliqués au crayon. La queue du cheval est dessinée avec des traits aux orientations multiples et Courbes, parfois très fines, aux variétés multiples.
     
     

    -        L'ombre portée sous le cheval est un autre élément important qui indique la présence de la lumière naturelle et la renforce. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'inclure plus d'informations autour du cheval, qui devient alors le sujet central de la composition où la structure détaillée de l'ombre vient compléter les informations nécessaires.

    Il est temps à présent d’affiner les contrastes ombre-lumière pour élargir la gamme des valeurs, en utilisant le crayon 2B à la place du crayon HB. 

    -         Une fois le dessin arrivé à son terme, nous pouvons utiliser une gomme "mie de pain", c'est la seule gomme qui permet d'effectuer des retouches ou d'enlever des taches ou des marques de crayons graphite.

     

    Comme avec n'importe quel support de dessin, la réussite d'un sujet, avec le crayon graphite ou le fusain, exige de la patience et de l'attention aux changements subtils de valeur. En travaillant lentement, nous aurez le plein contrôle de l'effet recherché, peu importe le sujet que vous essayez d'aborder. Commencer par les hachures les plus espacées et par conséquent les plus claires, terminez par les ombres aux hachures plus serrées en devenant plus précis.

    « Dessin et peinture - vidéo 2246 : Le "pouring méthode" vu à partir de la comparaison de 3 médiums et réalisation de peintures avec la colle d'écolier (cléocol) par Laurent. Dessin et peinture - vidéo 2248 : Cours gratuit de peinture à l'huile - Nature morte (Vase, bouteille et kakis) 1. »
    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :