•    Une grâce intemporelle

    Miracle de légèreté et de sensualité, infiniment précieuse et fragile, les yeux brillants, les lèvres humides, incrustées de lumière : de cette figure émane un extraordinaire sentiment de vie. Le peintre a su rendre avec tant de vérité l'effet de surprise marqué par la bouche entrouverte et saisir, mieux que n'aurait pu le faire un instantané photographique, le mouvement de la jeune fille se retournant et regardant le spectateur par-dessus son épaule, que l'on croit presque la sentir frémir et exhaler son souffle. Le vêtement de fantaisie dont la texture est indéterminée, le rayonnement et le modelé imprécis de la figure irradiant la lumière, tout en fait un visage hors du temps 419px-Johannes Vermeer (1632-1675) - The Girl With The Pear

         Après quelques bla,bla,bla, la vidéo qui suit , vous fournit une multitude de renseignements sur la construction picturale du visage .

    La bouche et les lèvres. La lèvre supérieure, en contact avec la lèvre inférieure et la partie supérieure de la lèvre supérieure (ouf ! vous me suivez), ont la forme de 2 M évasés, qui se rejoignent pour former la commissure des lèvres. Un dessin vaut mieux qu'une longue explication.

    Capt_120504_152715_001.jpg  Capt 120504 162701 001 

    Le nez et l'emplacement des yeux par rapport à la commissure des lèvres.

    Capt_120504_192900_001.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liens:

    Dessin et peinture - vidéo 367 : Etude expliquée du tableau de Johannes Vermeer "la jeune fille à la perle" (peinture à l'huile)1.     

    Dessin et peinture - vidéo 368 : Etude expliquée du tableau de Johannes Vermeer "la jeune fille à la perle" (peinture à l'huile)2.

    .

       

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 419px-Johannes Vermeer (1632-1675) - The Girl With The Pear        Le fond Vermeer utilise la terre d'ombre, parfois mêlée de noir, pour la sous-couche. cette terre d'ombre a été également trouvé dans un certain nombre de motifs de Vermeer mélangés avec du blanc pour créer un gris chaud lumineux. Ici le mélange, pour le fond très foncé est constitué par de la terre d'ombre associée à un peu de terre de sienne brûlée, la neutralité du ton fait ressortir le modelé du visage.  Capt 120425 174034 001 Capt 120425 174124 001 La veste   Ce vêtement se compose d'une partie éclairée et d'une partie ombrée. la première partie est peinte avec un mélange de terre de sienne brûlée, à laquelle on ajoute un peu de terre d'ombre. La seconde partie, ombrée, est recouverte du mélange qui a servi à peindre la zone éclairée, additionnée de terre de sienne brûlée et de terre d'ombre          

     

      Un turban exotique( Bleu et jaune ) Inclassable historiquement et stylistiquement, le turban renforce encore l'intemporalité du visage. Peut-être faisait-il partie des vêtements turcs trouvés chez Vermeer à sa mort. À moins qu'il ne soit un souvenir de L'Homme au turban rouge autoportrait présumé de Jan van Eyck (1433), ou de L'Autoportrait en costume oriental peint par Rembrandt trente ans plut tôt, en 1631. Recherché alors, mais peu courant dans les portraits, cet accessoire exotique a pu aussi lui être inspiré par une œuvre peinte à peu près au même moment, Le Jeune Homme au turban tenant un bouquet de Michael Sweerts. (source wikipédia)  

    - Selon un procédé déjà conseillé par Léonard de Vinci - éclatent les deux couleurs de prédilection de Vermeer : le bleu et la touche de jaune citron dont l'étrange harmonie fera l'admiration de Van Gogh. Posées par empâtements vigoureux d'un pinceau expressif et hardi, ces couleurs attestent la liberté et l'originalité de la facture du Maître de Delft contrastant avec le style précis et léché des peintres contemporains.

     Capt_120430_091646_001.jpg      Capt 120422 165944 001 Capt 120425 174124 001  Le turban dans sa zone d'ombre, qui recouvre le front, est peint avec du bleu de cobalt, mélangé avec un peu de blanc et une touche de terre de sienne brûlée. Bleu de cobalt et blanc recouvrent la partie éclairée.      Le voile de tissu, qui descend depuis le sommet du crâne jusqu'aux épaules voit la juxtaposition des mélanges lumineux et chauds : terre de sienne, ocre jaune et une touche de jaune citron, avec terre d'ombre et terre de sienne, plus ombré. Capt_120429_204029_001-copie-1.jpg  Capt_120422_180656_001-copie-2.jpg Capt_120426_195638_001-copie-1.jpg Capt 120425 174034 001 Vermeer a employé simplement, des couleurs pures dans cette peinture, limitant la gamme des tonalités.  En conséquence, le nombre des couleurs est réduit, accentuant la profondeur, en jouxtant ombre et lumière . On ne peut qu'admirer la technique de l'artiste, qui avec application juxtapose les tonalités en les fondant les unes aux autres, en évitant les lignes précises pour brouiller les découpes de différentes couleurs, afin d'obtenir les rendus qui annoncent ceux des impressionnistes. Pour donner cette effet de continuité dans la fusion des couleurs , il faut utiliser un pinceau en poil de martre que l'on passera à sec sur les couleurs pour donner une sensation de douceur à l'ensemble.   Le col cette partie vient équilibrer la masse plus sombre de la composition (fond du tableau, vêtement). Le gris bleu obtenu, pour la partie ombrée, toujours dans la neutralité, mais qui vient capter le regard est constitué de blanc, de bleu de cobalt et de très peu de terre de sienne brulée. la partie plus lumineuse est blanche .  Capt 120425 174124 001 Capt 120422 165944 001  Capt 120430 091646 001 Lien: Dessin et peinture - vidéo 367 : Etude expliquée du tableau de Johannes Vermeer "la jeune fille à la perle" (peinture à l'huile)1.

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •   419px-Johannes_Vermeer_-1632-1675-_-_The_Girl_With_The_Pear.jpg Capt_120424_162022_0012.jpg Capt_120424_164735_001.jpg

     

    Le XVIIem siècle est l'âge d'or de la peinture hollandaise. Pour aider ses parents dans la misère, la jeune et ravissante Griet se fait engager comme servante dans la maison du peintre Johannes Vermeer. Elle s'y occupe du ménage et des six enfants du maître. La famille Vermeer vit des difficultés économiques mais ne veut pas que cela se sache. Peu à peu, la maîtresse de maison développe envers Griet une terrible jalousie. Et Cornélia, une des filles, qui déteste Griet, tente de pousser la jeune servante à bout. Griet doit donc se faire discrète et très obéissante. Les choses se compliquent quand le peintre la remarque et découvre sa sensibilité, sa douceur. Il l'introduit peu à peu dans son univers. À mesure que s'affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville.( wikipédia )

     

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire