• Le roman du vendredi - vidéo 18 : "La jeune fille à la perle" de Tracy Chevalier.

     

     

    Meisje met de parel.jpg

     

     

                 

                 

     

     

    Johannes Vermeer, par laurentsaintgermain  

    Que me veut ce Jan Vermeer ? se demande la Jeune Fille aux prunelles ardentes qui transpercent nos cœurs de leur inquiétude. Qui est-il, que diable cherche-t-il et dans quel but fait-il peser sur moi son lourd regard de peintre ? Qui était cette Jeune Fille à la perle peinte en 1665 par Jan Vermeer et dont la troublante beauté intrigue ou fascine le monde entier ? Son visage n'a en effet pas perdu une once de son mystère en trois siècles, et continue de susciter bien des interrogations. Appelée aussi la « Joconde du Nord », elle fut achetée en 1881 pour une bouchée de pain, 2 florins et 30 centimes par le collectionneur Arnoldus Andries Des Tombes, qui la lèguera à sa mort au musée Mauritshuis de La Haye. Loin d'être méticuleusement indiqués à la manière de Frans van Mieris de Oudere et d'autres portraitistes du temps, tels que Gabriel Metsu (1629-1667), Gérard Dou (1613-1675), Gerard ter Borch (1617-1681), Jan Steen (1625-1679), Pieter de Hooch (1629-1684), les traits de la figure ne sont pas nettement définis, accentuant d'autant sa beauté. Fondue avec la joue droite, l'arête du nez est invisible. Jan Vermeer, par cette audacieuse astuce, efface ainsi la frontière entre la réalité et l'image, le spectateur et le tableau. Omettant de marquer la ligne du nez, de sorte que notre regard prolonge la touche du peintre pour restituer les parties du visage qui n'y sont pas, il nous fait entrer dans la toile. On ignore encore aujourd'hui si la jeune fille représentée était une femme de Delft, la fille aînée de l'artiste ou une figure idéalisée...

     

    Tracy Chevalier, par l'équipe livres audio, pdf et musique relaxante

    Tracy Chevalier trace à sa manière le portrait idéalisé d'une jeune fille mystérieuse. Une véritable peinture faite de douceur et de scintillement à l'image des tableaux de Vermeer Griet, jeune servante vivant à Delft au XVII ème siècle est placée chez le peintre Vermeer; petit à petit une relation faite de sentiments ténus va s'installer entre le peintre et sa servante. C'est comme si le seul but de ce roman, de son épaisseur, de sa douceur à travers les images, les sentiments, le temps qui passe - évoqués par les mots, les phrases, le style - n'était que la compréhension pleine du tableau de Vermeer.
    Les mots de Tracy Chevalier sont plus que des pinceaux ou des couleurs; ils sont le glacis, les superpositions de couleurs, l'obscurité, la lumière et l'éclat de la perle.

     

    Décor

    « Dessin et peinture - vidéo 2519 ; Le phare dans la tempête 2 - peinture à l'huile.Dessin et peinjture - vidéo 2520 : Comment peindre les calanques de Marseille ? - peinture acrylique ou huile. »
    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :