• Dessin et peinture - vidéo 3061 : Comment réaliser une scène nocturne en ville ? - aquarelle et toutes les techniques pour la composition.

     

    Dessin et peinture - vidéo 3061

     

    Dessin et peinture - vidéo 3061 : Comment réaliser une scène nocturne en ville ? - toutes les techniques.



     Photo 

    Le sujet
    Peindre une scène de rue le soir avec comme point focal une partie plus éclairée.
     
    Mise en place
    Détermination de la ligne d’horizon, du point de fuite et des lignes de perspectives.
    Le tableau nécessite que ces cinq éléments soient établis pour permettre de peindre de manière cohérente et crédible, même si l’effet final sera flou.
       
     
    Le centre de la feuille doit être marqué (étoile avec centre rouge) pour éviter de placer un sujet à cet endroit. Si un sujet est placé au centre, inconsciemment l'œil est attiré au centre  ne recherche pas à visiter le tableau. S'il n'y a rien au centre, l'œil se promène dans le tableau à la recherche du sujet.
     
    Les nombres d’or : en composition, les points de croisement (points noirs) de la feuille séparée en tiers sont les endroits stratégiques pour répartir les formes dans le tableau en vue d'obtenir harmonie et cohérence de l'ensemble.
     
    La ligne d’horizon : elle est établie en respectant la règles des tiers (ligne double horizontale). Elle n’est pas au milieu de la feuille, elle est à proximité du 1er 1/3 ou du 2/3 horizontal. C’est sur la ligne d’horizon que le point de fuite est déterminé. Si des personnages sont inclus dans la composition, leur tête frôle la ligne d’horizon.
     
    Le point de fuite : il s’inscrit sur la ligne d’horizon (croix noire) en respectant la règle des tiers. Il n’est pas au milieu de la feuille, il est à proximité du 1er 1/3 ou du 2/3 vertical.  Il devient le point focal. C’est de là que la lumière vient.
     
    Les lignes de perspectives : elles partent du point de fuite et rayonnent tout autour (lignes pointillées). Ces lignes de perspectives déterminent l’inclinaison des toits, des balcons, des fenêtres, des enseignes, etc.
     
    Sur la feuille de papier aquarelle, marquer très légèrement au crayon le point de fuite et les lignes de perspectives pour les avoir en repère pendant l’exécution du tableau.
     
    Fixation de la feuille de papier aquarelle sur un support rigide
    Pour pouvoir manipuler la feuille aisément tout en faisant couler l’eau qui y sera aspergée, il faut fixer le haut de la feuille du papier aquarelle sur un support rigide.
     
    Esquisse rapide
    Dessiner rapidement les grandes masses des bâtiments pour avoir une représentation approximative du tableau.
     
    Travail à l’aquarelle
    Il est important de diluer une bonne quantité de pigments pour pouvoir travailler sans avoir à refaire un nouveau mélange. Pour les couleurs principales qui composent le mélange, il est intéressant de prendre du pigment frais – directement sorti du tube – pour obtenir des mélanges plus saturés.
     
    Réalisation du fond
    Le tableau se fait l’application de lavis successifs.
    Le travail se fait sur semi-humide.
     
    Premier lavis
    Avec un mélange dans une teinte de gris, appliquer avec un pinceau large une ligne de couleur au haut de la feuille. Ensuite mouiller le pinceau pour tracer une ligne en dessous, mouiller à nouveau pour une 3e ligne et ainsi de suite jusqu’au bas de la feuille. Penser à laisser quelques blancs.
     
    Deuxième lavis
    Pour peindre les édifices qui sont les plus éloignés, en tenant compte des lignes de perspective, peindre leurs silhouettes avec un lavis un peu plus foncé que le premier. Avec de l’eau, descendre la couleur vers le bas.
     
    Lavis suivants
    Sur les lavis précédents, refaire de nouveaux lavis pour créer les édifices intermédiaires. Les lavis sont de plus en plus foncés et saturés de pigments. Des pigments plus chauds (orange, rouge, orangé) peuvent être ajoutés aux mélanges pour amener un effet de lumière.
     
    De l’avant du tableau jusqu’au point de fuite/point focal, les valeurs évoluent en un dégradé des plus foncées aux plus pâles.
     
    Pour conserver de la spontanéité dans la composition, peindre les masses des édifices avant de fignoler les détails. Comme le tableau est relativement sombre, les détails ne sont pas abondants.
    Faire des retraits de pigments pour suggérer les façades en bordure de rue exposées à la lumière de la rue. Les façades de côté sont plus sombres. Toujours amener les pigments au bas de la feuille avec de l’eau, soit à l’aide du pinceau, soit en aspergeant.
     
    Les édifices rapprochés
    La feuille de papier aquarelle doit être sèche pour amorcer cette étape.
     
    Le travail s’effectue encore avec l’application de lavis successifs. Les mélanges de couleurs sont très saturés, ils sont additionnés de pigments chauds pour projeter les éléments à l’avant du tableau.
     
    Peindre les structures des édifices en précisant les angles de leur toit.
    Faire apparaître les devantures côté rue, et des détails d’architecture (balcons, fenêtres, enseignes, etc.) en laissant des espaces de lumière (lavis précédents) et en procédant à des retraits légers.
     
    Les silhouettes de personnage
    Le haut de la tête de tous les personnages est au niveau de la ligne d’horizon. À partir de ce point de repère, la taille des personnages varie selon qu’ils sont plus ou moins loin dans le tableau. Plus ils sont loin, plus ils sont petits, mais leur tête est toujours au même niveau que les autres.
     
    Avec un mélange de pigments foncé et chaud, esquisser rapidement des formes de personnes. Laisser sécher.
     
    À l’aide d’un mélange plus foncé que le précédent, peindre les personnages sans donner trop de détails – ils sont de dos, leur dos est dans l’ombre – sinon que l’évocation d’un chapeau, d’un manteau, d’un bras qui s’écarte du corps. Ajouter les ombres.
     
    Avec du blanc, peindre la lumière qui frappe leur tête et leurs épaules.
    Pour ces blancs, du pigment aquarelle pur ou de la gouache est utile vu leur opacité, mais ils peuvent se diluer s’ils sont mouillés. Le Gesso blanc est une bonne option.
     
    Atmosphère
    Au moyen d’une couleur plutôt chaude pas trop foncé (terre de sienne, par exemple), dans la clarté du point de fuite, ajouter des détails imprécis suggérant des structures au loin.
     
    Pour le ciel, appliquer deux lavis, un tirant sur le jaune pour l’ensemble du ciel et, un second, tirant sur le bleu-gris sur le haut pour évoquer des nuages. Éponger pour créer des effets de nuages.
     
    Détails de la rue
    Ajouter des rehauts de blanc, de jaune ou de turquoise pour souligner tout ce qui reçoit la lumière nocturne : les bordures de toit, de fenêtres; les enseignes et leur lettrage, la lumière provenant des fenêtres.
     
    Peindre des halos de lumière simulant les lampadaires : avec le bec du vaporisateur placé tout près du papier asperger un jet qui soulève les pigments et fait apparaître une zone plus pâle. La rehausser de pigment blanc.
     
    Si la scène de rue était sous la pluie, ne pas oublier de peindre les reflets sur la chaussée.
     
    Rédigé et illustré par Anne-Marie Robert
       

    Montage vidéo  Gloria Couture
     

    Dessin et peinture - vidéo 3061 : Comment réaliser une scène nocturne en ville ? - toutes les techniques.

    « Dessin et peinture - vidéo 3060 : Comment redécouvrir une peinture délaissée par les artistes ? - La gouache.Dessin et peinture - vidéo 3062 : Comment utiliser la cire ou la paraffine ? aquarelle ou acrylique. »
    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter