• Dessin et peinture - vidéo 1270 : Comment peindre l'ombre d'un objet ou d'un sujet ?

     

    Définitions de l'ombre.

    Avant tout, il est important de savoir que les enfants ont tendance à penser que l’ombre est matérielle, qu’elle est noire (certains disent qu’il s’agit de peinture noire ou encore qu’elle correspond à de la lumière noire), qu’elle est animée ou encore qu’elle est une propriété de l’objet. Lorsque les enfants sont dans la cour, ils dessinent très souvent leur ombre un peu partout (en tout cas pas attachée à leurs pieds) et ne voient pas la nécessité de dessiner la source lumineuse, c'est-à-dire ici le Soleil. Il n’existe apparemment pas, pour les enfants, de lien entre l’ombre d’un objet, la source lumineuse et l’objet placé entre les deux.
    Dans un autre ordre d’idées plus subtile, les enfants (et souvent beaucoup d’adultes) acceptent difficilement « l’action à distance et pensent que deux surfaces ne se déplacent de façon coordonnée que si elles sont en contact l’une avec l’autre » (extrait de La découverte de l’ombre de Roberto Casati). C’est pourtant ce qui se passe lorsque l’on fait un théâtre d’ombres puisque, quand un personnage est déplacé, son ombre sur l’écran l’est aussi, sans que le personnage soit en contact direct avec son ombre sur l’écran.

    Il faut savoir que la présence d'ombre est nécessairement liée à la lumière.

    Qu’appelle-t-on ombre ?

    - Que disent les dictionnaires ?
    Définition du Larousse (1996) : « zone sombre due à l’absence de lumière ou à l’interception de la lumière par un corps opaque » ; ce dictionnaire mentionne aussi que le terme d’ombre est utilisé avec d’autres significations, comme « mettre à l’ombre (c'est-à-dire mettre en prison) » ou « à l’ombre de » qui signifie « à l’abri de, sous la protection de » et enfin « vivre dans l’ombre », c'est-à-dire vivre effacé.
    Le dictionnaire raisonné de la Physique de Monsieur Brisson (1789) la définit ainsi : «  défaut de jour dans un endroit où la lumière ne peut pas agir à cause du corps opaque qu’elle rencontre. L’ombre est toujours derrière le corps du côté opposé à la lumière » (souligné par nous. NDA).

    Qu’est-ce qu’une ombre ? 

    Prenons un parasol en tissu épais (donc très opaque) ouvert sur une plage de sable (ou dans une cour, un jardin, sur un balcon…) un jour de ciel bleu et de grand soleil. Il existe tout un espace où on est, dit-on, à l’ombre. En effet, dans cet espace, on ne reçoit pas directement de lumière de la part du Soleil. Quand on est dans cet espace, appelé par les physiciens cône d’ombre, si on regarde dans la direction du Soleil, on ne le voit pas. Remarquons qu’il est sans doute préférable d’utiliser avec des enfants jeunes l’expression zone d’ombre, si cette expression a plus de sens pour eux que cône d’ombre (surtout que bien souvent cette zone d’ombre n’a pas la forme d’un cône).


    Hachette, 1988, Sciences physiques, classe de 4ème, Collection Durandeau, page 23

    Sur ce dessin, on voit l’ombre du parasol sur le sable (ombre portée) et la zone d’ombre, c'est-à-dire toute la région qui se trouve sous le parasol et qui ne reçoit pas de lumière directement du Soleil. Le Soleil est la source lumineuse, le tissu du parasol est l’objet opaque. Plus souvent on s’intéresse à ce que l’on appelle en physique l’ombre portée de l’objet, c'est-à-dire pour l’exemple cité, l’ombre du tissu du parasol sur le sol. Cette ombre du tissu du parasol sur le sol délimite sur la plage deux régions (ou zones) : celle qui se trouve sous le parasol avec du sable assez sombre et celle qui est en dehors de l’ombre du tissu du parasol avec un sable très brillant car directement éclairé par le Soleil. Notons que cette ombre du tissu du parasol sur le sol n’est pas directement « attachée » au tissu du parasol, contrairement à ce que l’on observe lorsqu’un enfant, debout dans la cour, regarde son ombre sur le sol, ombre portée qui commence aux pieds de l’enfant et est donc « attachée » à l’objet, ici l’enfant. Cependant, il est possible de demander aux enfants de lever la jambe afin qu’ils constatent que l’ombre de cette jambe levée n’est plus attachée à leur jambe
    On peut également observer l’ombre sur le sol d’un nuage, d’un hélicoptère qui vole dans le ciel ou d’un ballon en l’air. Dans ces trois cas, l’ombre sur le sol de ces objets n’est pas systématiquement « attachée » à l’objet, comme l’était l’ombre sur le sol d’un enfant debout dans la cour.
    N’oublions pas enfin qu’en regardant l’ombre d’un objet (que ce soit une personne, un parasol ou tout autre objet) sur le sol (ou sur le mur ou sur un écran), on constate, entre cet objet et le support sur lequel on voit l’ombre portée, tout un espace compris entre l’objet et l’ombre portée qui ne reçoit aucune lumière directe de la part du Soleil.

    Ombres et langage courant

    Le langage courant, de ce point de vue n’est pas une aide puisqu’il arrive la plupart du temps :
    -  de parler de l’ombre du parasol alors qu’il s’agit bien souvent de l’ombre du parasol sur le sol ;
    -  et en même temps de dire que l’on va se mettre à l’ombre du parasol, (c'est-à-dire dans la zone d’ombre du parasol).

    Qu’est-il important de retenir ?

    Pour obtenir une zone d’ombre, une ombre sur un sol, un mur ou un écran, il faut nécessairement une source lumineuse (le Soleil, une lampe...), un objet (de préférence opaque). L’ombre de l’objet est toujours du côté opposé à la source lumineuse par rapport à l’objet : source lumineuse, objet et ombre sont toujours alignés et toujours dans cet ordre.
    - La « qualité » de l’ombre dépend bien sûr, pour une source lumineuse donnée, du matériau constituant l’objet, certains matériaux laissant plus ou moins passer la lumière de la source lumineuse (exemple, certains tissus de parasol sont tels que lorsque l’on est dessous et que l’on regarde le Soleil, on entr’aperçoit le Soleil). C’est l’occasion de définir les termes de transparent (laisse passer la lumière), opaque (ne laisse pas passer la lumière) et translucide (en laisse passer un peu).
    - Connaître quelques caractéristiques de l’ombre d’un objet sur le sol, un mur ou un écran (c'est-à-dire d’une ombre portée). Sa forme et sa taille dépendent de la position de l’objet par rapport à la source lumineuse, ou encore de la position de l’écran. L’ombre d’un enfant sur le sol peut être plus petite ou plus grande que l’enfant (cela dépend de la position du Soleil par rapport à l’enfant) et change de place au cours de la journée. Là, il y a de nombreuses expériences possibles à faire ainsi que des jeux…
    - L’ombre d’un objet sur le sol (un mur ou un écran) ne représente pas fidèlement l’objet et, en tout cas, pas dans tous ses détails (comme par exemple, l’ombre sur le sol d’un  enfant qui porte un gilet avec des boutons ne permet pas de distinguer ces boutons …).

    Comment la représenter en peinture? 

     

     

    « Dessin et peinture - vidéo 1269 : Une oeuvre cubiste expliquée de Georges Braque (1882-1963) - Maisons à l'Estaque 1908.Dessin et peinture - vidéo 1271 : Peinture à l'huile de plein air - plage et maisons de bord de mer. »
    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :